press

« On pense à Schiele, ou à Francis Bacon. Et bien vite, on oublie les influences de Sọen au profit de ce coup de pinceau qui n’appartient qu’à elle.
En premier sont apparus des visages, des pupilles vides et des cheveux sans fin. Ensuite, l’abstrait a pris le dessus dans des aplats chauds et coulants. On imagine des organes, la crudité sublimée par des reflets irisés. On devine parfois des paysages, des cœurs enchevêtrés.
Là réside la beauté des œuvres de Sọen : elle nous offre un refuge en couleurs, et nous tend le pinceau, afin que nous puissions nous-même terminer le tableau, lui donner un sens qui n’appartient qu’à nous.
Elle est de ces artistes qui font appel à l’intelligence du public, consciente qu’une peinture n’existe que dans l’œil de celui qui la regarde.
Mais plus encore que notre esprit, c’est notre sensibilité qu’elle convoque.
Sommes-nous capables de succomber à ce vertige qui nous étreint, lorsque devant une toile, la carte de nos propres émotions se dessine ? Au cœur d’une société qui nous enjoint le port de l’imperméable par temps de pleurs, parviendrons-nous à nous laisser toucher ?
Sọen se produit aussi lors de performances musicales ou vidéos, partageant le processus de création dans l’instant, exprimant cette chose qui palpite en chacun de nous : le besoin de dire qui l’on est.
Pour nous inviter, l’air de rien, à faire de même. »
​avril 2017 ​|​Marie Gutierrez, comédienne & écrivaine

 

« Artistes du Haut-Adour »
Un catalogue édité par l’Office de Tourisme du Grand Tourmalet – Pic du Midi.
Ouvrage disponible gratuitement à l’OT de Bagnères et auprès des artistes concernés.
30 artistes professionnels de Bagnères-de-Bigorre et du Haut-Adour (65) 
> Version web > http://www.ville-bagneresdebigorre.fr/…/Artistes-en-Haut-Ad…
Photos © Nöt
Extrait:
​ »Tour à tour figurative ou abstraite, la peinture de ​​sọen reflète la liberté de créer de l’émotion.​ ​
Dans son travail sur la matière – acrylique, aquarelle, encre de chine ou brou de noix – elle explore les possibles d’un imaginaire merveilleux. De turbulences colorées en expressions japonisantes, entre le flou et la précision du dessin, l’artiste improvise, gère l’accident, interprète le détail, donne vie aux personnages, et fait résonner comme une vibrante musique intérieure. »
​juillet 2016 ​|​ ​​Isabelle Varillon, historienne de l’art

 

« Les recherches et essais de ​​sọen nous ont paru très prometteurs, c’est une jeune artiste à suivre de près, tant son sens de la couleur et sa gestion de l’accident préfigurent le talent d’une grande. »
​mai 2016​ ​|​ ​​ Jean-Henri Maisonneuve​, ​​jury au festiv’art d’Arros de Nay
​​Galerie « La Danse Des Oiseaux »

LE PHAART (LES TEMPS D’ART)
 + d’infos >>>